Retour à l'accueil

Sanctuaire des
Saintes-Maries-de-la-Mer

Notre Dame de la Mer

Le message des Saintes

La barque fait signe

 

 

Le village des Saintes Maries de la Mer n'est pas peu fier de sa merveilleuse façade méditerranéenne, si généreusement illuminée du soleil du midi. 

 

Le Sanctuaire lui-même reste essentiellement tourné vers la mer, s'il est vrai que nous restons très attachés au symbole de la Barque, la Barque qui porte nos Saintes Salomé et Jacobé, apôtres des apôtres, messagères de l'Évangile, porteuses d'espérance. Cette Barque, nous l'avons somptueusement fait restaurer en 2013 et nous la conservons précieusement au coeur de notre Sanctuaire millénaire. Trois fois par an nous la suivons en procession jusqu'à la mer. Elle est joyeusement portée par la Confrérie et par les Gitans, et nous célébrons en grande fête selon un rite immémorial l'arrivée de ces femmes, au I° siècle. C'est par elles que la Croix Glorieuse du Seigneur a pu être pour la première fois plantée sur le sol de Provence, par elles que le Nom de Jésus a pu être pour la première fois prononcé et invoqué ici même en Camargue avant de se répandre très vite dans toute la Gaule. Cette Barque est un grand signe pour nous, puisqu'elle nous rappelle les racines bibliques, les sources chrétiennes de notre culture, ce trésor de l'Évangile de Jésus annonçant depuis le Moyen-Orient la puissance d'Amour de notre Dieu pour tous les hommes.. 

 

Mystérieuse et inoubliable Barque "sans voile et sans rame", nous dit joliment la Tradition !  Avec elle notre coeur reste bien ancré dans la grande histoire de ce Bassin Méditerranéen, l'histoire de tous les peuples qui l'habitent depuis la nuit des temps. Mais cette histoire est aujourd'hui devenue infiniment douloureuse. Quotidiennement nous apprenons que naufrages et drames multiples viennent faire de la Méditerranée un immense cimetière. De frêles esquifs "sans voile et sans rame", faussement porteurs d'espoir et de vie, deviennent des embarcations de mort. Comment ne serions-nous pas aujourd'hui profondément touchés par tant de drames humanitaires ? Chaque semaine nous apporte les nouvelles de nouveaux désastres. Des pauvres gens par centaines, par milliers, fuyant la guerre, la famine, la misère, la violence, tentent au prix de tous les risques de trouver une terre d'asile. Mais nos pays nantis ne savent ni comment accueillir tous ces réfugiés ni découvrir les richesses humaines dont ils sont porteurs. Aurions-nous perdu en Europe cette ouverture de coeur de nos anciens, cette capacité d'accueillir l'étranger venu d'au delà de la mer ?

 

La Barque des Saintes, "sans voile et sans rame", nous fait signe et nous invite de façon pressante à comprendre que NOUS SOMMES TOUS MÉDITERRANÉENS… L'Évangile de la Fraternité nous exhorte à retrouver le réflexe de la solidarité universelle. En sorte que la Méditerranée puisse de nouveau être appelée "MARE NOSTRUM", "notre mer" !