Retour à l'accueil

Sanctuaire des
Saintes-Maries-de-la-Mer

Notre Dame de la Mer

Le message des Saintes

Passage du relais du Père Prunier

Octobre 2016

Je suis arrivé aux Saintes en septembre 2010, détaché du diocèse d'Angoulême, à la demande de Mgr Dufour, Archevêque d'Aix et Arles. Aujourd'hui Mgr Gosselin, nouvel Évêque d'Angoulême, me demande de revenir en Charente pour m'y confier un nouveau ministère. Cette décision ne m'a pas surpris. Je m'y attendais. Je m'y préparais. Je l'ai pleinement acceptée, sans condition, même si elle tombe un peu plus tôt que je pouvais le prévoir.

Aux Saintes le relais sera assuré par un prêtre de Lyon, le Père Jean-Rémy FALSIOLA. Il quitte la Paroisse dont il était curé. Il a été au paravant curé de la Cathédrale et Recteur du Sanctuaire de Fourvière. Je l'ai senti heureux de cette nouvelle mission qui lui est proposée pour laquelle il a tout à découvrir. Nous allons vivre plusieurs semaines ensemble, avant mon départ prévu au début du mois de Novembre. Il pourra ainsi découvrir le pèlerinage d'Octobre, pèlerinage dit des Provençaux, où nombre de voyageurs de la région aiment venir chaque année.

Je partirai avec le coeur serré mais avec la tête pleine de mille merveilleux souvenirs. Car j'ai aimé les Saintes. J'ai aimé ce Sanctuaire où des milliers de personnes viennent chaque jour découvrir ce que sont les racines chrétiennes de la Provence et de toute la France.  J'ai aimé les Camarguais, leur accueil, leur travail dans les manades avec chevaux et taureaux, leurs fêtes et leurs traditions… J'ai aimé cette nature sauvage, ces grandes étendues peuplées d'animaux en grande liberté, et puis le ciel bleu, le soleil éblouissant, la mer, les oiseaux… Et je suis très fier et heureux d'avoir été associé de très près au grand chantier de restauration de l'Église, extérieurement puis intérieurement, en lien avec la Mairie et les Monuments de France. Du bel ouvrage !

Je voudrais adresser mille remerciements particuliers à tous les Saintois, à tous les gens de la Camargue et de toute La Provence. Je veux dire ma joie des bonnes relations tissées au jour le jour avec la Municipalité et ma vive reconnaissance à toutes les personnes des services techniques toujours si présentes et disponibles et à l'écoute des besoins de la Paroisse. Merci à la Confrérie, à la Nation Gardiane, au Comité des fêtes et toutes les associations avec qui j'ai eu du bonheur à collaborer. Merci aux Manadiers, aux commerçants, aux restaurateurs. Que de beaux moments vécus ensemble !

Le Sanctuaire des Saintes m'est apparu de jour en jour comme un lieu d'évangélisation de toute première importance dans l'Église. Il pourrait avoir, je pense, une fonction encore plus centrale à la fois pour la vie du diocèse et pour le travail pastoral de l'aumônerie des Gitans. Je ne me suis jamais lassé de transmettre ce Feu Pascal dont les Saintes sont les irremplaçables témoins. En accompagnant presque chaque jour des groupes de pèlerins près de nos Saintes j'ai senti toujours de mieux en mieux combien elles ne font vraiment qu'un avec la Vierge Marie au Calvaire, et combien, avec la Mère de Jésus, elles ne sont vraiment qu'un seul coeur avec le Crucifié donnant sa Vie. Elles n'ont pas regardé de l'extérieur la Passion du Seigneur. Elles ont elles-mêmes vécu, de l'intérieur, la profondeur du Mystère Pascal. Elles sont véritablement passé avec le Christ de la mort à la vie. Elles ont été littéralement plongées, baptisées, dans la Mort et la Résurrection du Christ. Et nous savons combien sont nombreux les pèlerins qui le ressentent réellement. Le Sanctuaire des Saintes offre une proximité merveilleuse avec ces grands témoins de la première heure de l'Église. Nous y reconnaissons les racines chrétiennes de la Provence et de toute la Gaule.

J'ai laissé monter en moi le secret espoir que ce Sanctuaire de Notre Dame de la Mer soit à l'avenir honoré du titre de Basilique ! Et que nous y recevions la visite du Pape ! Mais oui, ce n'est pas qu'un rêve ! L'invitation a été transmise à François par le Nonce…  

Je me suis chaque année beaucoup investi dans le pèlerinage du mois de Mai, dit "pèlerinage des Gitans", où je venais autrefois comme pèlerin depuis près de 30 ans… Nous avons travaillé ensemble avec les deux régions du sud-est pour que ce temps fort de l'aumônerie porte chaque année de vrais fruits de renouveau, même si nos moyens sont limités. La qualité des veillées, comme des célébrations sur les terrains et de la catéchèse, témoignent que ce pèlerinage est un véritable outil pastoral de premier ordre pour l'ensemble du peuple des voyageurs. Les réunions du matin sont un moment privilégié, quasi unique dans l'année, de fraternité entre tous au sein de l'aumônerie, et un lien précieux avec la Paroisse.

L'engagement des Petites Soeurs dans la région m'est apparu un atout infiniment précieux. La Fraternité des Saintes, mais aussi celle de Mallemort, et puis la Fraternité Nomade, sont pour tous un soutien sans prix, par la prière qu'elle vivent et par les liens fraternels qu'elles entretiennent fidèlement. Les autres communautés de Petits Frères et Petites Soeurs de l'Évangile, les Lazaristes de Marseille, et tous les membres engagés dans l'aumônerie, en lien réel avec les voyageurs, répondent très positivement à cet appel et cette mission de l'Église que le Pape François définit en quelques mots : il faut sortir, il faut aller aux périphéries… Merci à toutes et à tous ! 

Je terminerai donc cette saison 2016 en Camargue avec les pèlerinages prévus. Je me réjouis de pouvoir encore une fois vivre avec passion le pèlerinage dit "des Provençaux" auquel tous sont invités bien sûr ! Ce sera les 22 et 23 Octobre prochains. Nous recevons de plus en plus de pèlerins chaque année à ce très beau pèlerinage. J'accompagnerai ensuite les Gardians pour leur grand pèlerinage à Lourdes. La Cité Mariale est en fête pour accueillir ces milliers de Provençaux accompagnés par une centaine de Gardians à cheval.

Et puis je regagnerai la Charente où je découvrirai autour de la petite ville de Ruffec, entre Angoulême et Poitiers, un ministère très rural, très dispersé sur quelques 32 communes et autant d'églises, sur un territoire où travaillaient encore récemment quatre prêtres, et où je serai seul avec les laïcs de plus en plus impliqués dans la vie quotidienne de l'Église. C'est une nouvelle aventure où l'Esprit me conduit !

 Je dis au-revoir à la Provence… Je suis en paix... Ma vie ne m'appartient pas... Et c'est ma joie...  J'ai accompli au mieux mon service ici pendant 6 ans, avec enthousiasme mais aussi avec beaucoup de limites et d'erreurs… Un immense chantier reste ouvert aux Saintes… Et mon pèlerinage de vie continue... 

 

Merci pour tout !

Père Marc Prunier